Comment prévenir le cancer du poumon

Le cancer du poumon, c’est-à-dire la prolifération de cellules malignes dans les poumons, est la cause la plus fréquente de décès liés au cancer chez les hommes et les femmes du monde entier. Malheureusement, le pronostic général des patients atteints d’un cancer du poumon est mauvais, car cette maladie n’est généralement diagnostiquée qu’une fois qu’elle a atteint un stade avancé. Pour un cancer du poumon à un stade précoce, le taux de survie à cinq ans se situe entre 40 et 50 %, mais pour une maladie avancée, ce taux n’est que de 1 à 5 %.

La prévention du cancer est toute action prise pour diminuer le risque de développement d’un cancer. Pour aider à prévenir l’apparition de nouveaux cancers, les scientifiques examinent les facteurs de risque (tout ce qui augmente le risque de développer un cancer) et les facteurs de protection (tout ce qui diminue le risque de développer un cancer). Le fait d’éviter les facteurs de risque de cancer et d’augmenter le nombre de facteurs de protection peut contribuer à réduire le risque de développement d’un cancer, mais ne peut pas garantir que le cancer ne se développera pas.

Éviter les facteurs de risque

Le fait d’éviter les facteurs de risque de cancer peut contribuer à empêcher certains cancers de se développer. Par exemple, les facteurs de risque suivants sont connus pour le cancer du poumon.

Le tabagisme

Il s’agit du facteur de risque de cancer du poumon le plus important. Le tabagisme est responsable de 90 % des cancers du poumon chez les hommes et de 80 % des cancers du poumon chez les femmes. Le risque de développer un cancer du poumon augmente avec le nombre de cigarettes fumées chaque jour et le nombre d’années de tabagisme. Les fumeurs ont 20 fois plus de risques de développer un cancer du poumon que les non-fumeurs.

Le tabagisme passif

Le tabagisme passif est également un facteur de risque de cancer du poumon. En effet, les mêmes agents cancérigènes inhalés lorsqu’une personne fume sont également présents dans la fumée secondaire, mais en plus petites quantités.

Antécédents familiaux

Les personnes dont un membre de la famille a eu un cancer du poumon ont deux fois plus de risques de développer cette maladie que les personnes sans antécédents familiaux. Cependant, comme le tabagisme a tendance à être héréditaire, il est difficile de déterminer si le risque accru de cancer du poumon est dû à des facteurs génétiques ou à l’exposition à la fumée de cigarette.

Infection par le VIH

L’infection par le VIH est associée à un risque accru de cancer du poumon. Cependant, les taux de tabagisme ont tendance à être plus élevés chez les personnes séropositives, ce qui signifie qu’il est difficile de déterminer si le risque accru de cancer du poumon est dû à l’infection par le VIH ou à l’exposition à la fumée de cigarette.

Facteurs de risque environnementaux

Il s’agit notamment de l’exposition aux rayonnements, de l’exposition à certaines substances sur le lieu de travail et de la pollution atmosphérique.

Exposition aux rayonnements

Les sources d’exposition aux rayonnements comprennent les rayonnements des bombes atomiques, les tests d’imagerie, la radiothérapie et le radon. L’exposition aux radiations après l’explosion d’une bombe atomique est un facteur de risque connu de cancer du poumon. Pendant les tests d’imagerie, comme les tomodensitogrammes, les patients sont exposés aux rayonnements. Les patients sont moins exposés aux rayonnements lors d’un scanner spiralé à faible dose que lors d’un scanner à forte dose. La radiothérapie utilise différents types de rayonnements, dont les rayons X et les rayons gamma, qui peuvent augmenter le risque de cancer du poumon, surtout si les rayonnements sont reçus à fortes doses. Le radon, un gaz radioactif, peut s’infiltrer dans les habitations par des fissures dans le plancher, les fondations ou les murs. Les niveaux de radon peuvent s’accumuler avec le temps, ce qui augmente l’exposition aux rayonnements et, par conséquent, le risque de cancer du poumon.

Exposition sur le lieu de travail

Des recherches ont montré que l’exposition aux substances suivantes augmente le risque de cancer du poumon : amiante, chrome, arsenic, nickel, cadmium, goudron, béryllium.

La pollution atmosphérique

Des recherches ont également montré que les personnes exposées à des niveaux élevés de pollution courent un plus grand risque de développer un cancer du poumon.

Facteurs de risque protecteurs

Les facteurs suivants protègent contre le risque de développer un cancer du poumon.

Ne pas fumer

C’est le moyen le plus efficace de prévenir l’apparition d’un cancer du poumon.

Arrêter de fumer

Les personnes qui fument peuvent réduire leur risque de développer un cancer du poumon en arrêtant de fumer.

Des traitements antidépresseurs, des conseils et des substituts nicotiniques ont déjà aidé des fumeurs à arrêter de fumer. Pour une personne qui a arrêté de fumer, la probabilité de prévenir le cancer du poumon dépend du nombre de cigarettes qu’elle fumait et du temps écoulé depuis qu’elle a arrêté. Après dix ans d’arrêt du tabac, le risque de cancer du poumon diminue de 50 % à 30 %.

Une moindre exposition aux facteurs de risque sur le lieu de travail

Les lois qui protègent les individus contre l’exposition à des agents cancérigènes sur le lieu de travail, tels que le cadmium, le chrome ou l’amiante, peuvent contribuer à réduire le risque de développer un cancer du poumon. En outre, les lois interdisant de fumer sur le lieu de travail contribuent également à réduire le risque de développer un cancer du poumon dû au tabagisme passif.

Réduire l’exposition au radon

La réduction du niveau de radon peut diminuer le risque de cancer du poumon, en particulier chez les fumeurs. Le niveau de radon dans une maison peut être réduit en prenant des mesures pour arrêter les fuites, comme l’étanchéité du sous-sol.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.